Même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi comme celle du centenier

LUC 1 :1-10                                                                                          

Sermon par Pasteur Marc E Siméon

mardi 11 janvier 2022

Même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi comme celle du centenier

Lu 7:1 ¶ Après avoir achevé tous ces discours devant le peuple qui l’écoutait, Jésus entra dans Capernaüm.

 2 Un centenier avait un serviteur auquel il était très attaché, et qui se trouvait malade, sur le point de mourir.

 3 Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya quelques anciens des Juifs, pour le prier de venir guérir son serviteur.

 4 Ils arrivèrent auprès de Jésus, et lui adressèrent d’instantes supplications, disant: Il mérite que tu lui accordes cela;

 5 car il aime notre nation, et c’est lui qui a bâti notre synagogue.

 6 Jésus, étant allé avec eux, n’était guère éloigné de la maison, quand le centenier envoya des amis pour lui dire: Seigneur, ne prends pas tant de peine; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.

 7 C’est aussi pour cela que je ne me suis pas cru digne d’aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri.

 8 Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un: Va! et il va; à l’autre: Viens! et il vient; et à mon serviteur: Fais cela! et il le fait.

 9 Lorsque Jésus entendit ces paroles, il admira le centenier, et, se tournant vers la foule qui le suivait, il dit: Je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi.

 10 De retour à la maison, les gens envoyés par le centenier trouvèrent guéri le serviteur qui avait été malade.

BACKGROUND/ SURVOL DU PASSAGE

·         Au temps de Jésus, Israël était sous la domination de l’Empire Romain.

·         Rome avait l’habitude de laisser vivre les habitants de ses colonies dans leurs pays avec des droits restreints.

·         Pour sauvegarder son autorité sur ses sujets, Rome répandait son armée dans tout l’empire.

·         Fort souvent les gens qui avaient les ouï dire dans le pays étaient des étrangers délégués par Rome ou des citoyens du pays qui étaient loyaux à l’Empereur.

·         Être un centenier était un titre très prestigieux.

·         Un centenier était un chef militaire de l’Empire Romain qui avait cent soldats sous sa commande.

·         En plus de l’autorité, les chefs militaires jouissaient des avantages économiques.

·         Ceux qui collectaient l’impôt pour Rome étaient fort souvent riches. (ex. Zachée)

·         Ce Centenier dont il est question dans notre texte d’aujourd’hui était différent.

·         Les juifs avaient généralement beaucoup d’hostilités envers tous ceux qui s’attachaient à l’Empereur Romain.

·         C’était toute affaire contraire pour ce centenier, car les Juifs l’aimaient.

·         Ce centenier aimait beaucoup les Juifs.

·         Ce centenier s’en servait de son autorité et de sa richesse pour bâtir une synagogue pour les juifs.

·         Ce centenier craignait le Dieu des Juifs.

·         Ce centenier aimait les gens de son alentour sans exception.

·         Il se peignit fortement de la maladie de son serviteur parce qu’il l’aimait.

·         Ce centenier respectait les serviteurs de Dieu.

·         Je me rappelle du Docteur William Mellon Jr. qui était un docteur Missionnaire en Haïti à l’hôpital Albert Schweitzer à Deschapelles.

·         Il est décédé en 1989 à l’âge de 79 ans. C’était quelqu’un qui me connaissait et je connaissais pareillement par le lien de mes parents qui étaient tous deux employés de l’hôpital.

·         Dr Melon reste et demeure un des plus grands héros d’Haïti.

·         Il insistait qu’il soit enterré en Haïti.

·         Personne de notre entourage ne savait que Dr Mellon était super riche avant sa venue en Haïti.

·         Il était de la famille des plus nobles et des plus riches aux Etats Unis.

·         Comment cet homme aimait les Haïtiens !

·         Apres sa mort, sa femme la succède jusqu’à sa mort en l’an 2000.

·         Sa fille continue à prendre part et à aider cette œuvre missionnaire jusqu’à ce jour.

·         Il était un blanc mais personne ne le distinguait des Haïtiens.

·         Ce centenier était un bienfaiteur et tout Israël l’admirait.  

LA FOI DU CENTENIER

LUC 7 :2 Un centenier avait un serviteur auquel il était très attaché, et qui se trouvait malade, sur le point de mourir.

 3 Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya quelques anciens des Juifs, pour le prier de venir guérir son serviteur.

·         Le centenier avait un serviteur, pas un fils, auquel il était très attaché.

·         Il y a des gens qui traitent n’importe comment ceux qui leurs sont subordonnés.

·         Cet homme était aussi loyal à son serviteur que ce dernier l’aurait été envers lui.

·         Il conservait une amitié mutuelle avec son serviteur.

Qui se trouvait malade, sur le point de mourir.

·         Assurément, le centenier aurait déjà dépensé de son avoir par la médecine d’alors pour ranimer son serviteur bien-aimé.

·         Ce serviteur était sur le point de mourir, il n’y avait plus d’espoir pour lui.

Ayant entendu parler de Jésus

·         Il faut qu’on parle de Jésus.

·         Il faut que les gens continuent à donner des témoignages.

·         Le témoignage procède même plus influence que les Saintes Ecritures pour convaincre certains pécheurs à la repentance.

·         Il a entendu parler des miracles que Jésus opérait au milieu du peuple.

Il lui envoya quelques anciens des Juifs,

·         Un autre signe de distinction de ce centenier était sa sagesse.

·         Il convoqua les anciens du peuple pour aller vers Jésus.

·         Il envoya vers Jésus des gens d’influence.

·         Il aurait pu envoyer une bande de soldats pour intimider Jésus de venir sur le point.

·         Le roi de Syrie envoya des soldats vers le roi d’Israël pour intimider le prophète Élisée afin de guérir Naaman le lépreux qui était chef de son armée.

Le centenier envoya les anciens des Juifs pour prier Jésus de venir guérir son serviteur.

·         Il n’avait que respect chez le Centenier.

·         Respect pour le Dieu des Juifs,

·         Respect pour les anciens du peuple,

·         Respect et amour pour son serviteur,

·         Respect, foi et dignité envers Jésus.

4 Ils arrivèrent auprès de Jésus, et lui adressèrent d’instantes supplications, disant: Il mérite que tu lui accordes cela;  5 car il aime notre nation, et c’est lui qui a bâti notre synagogue.

·         Les anciens reflétaient la même attitude que le centenier.

·         Les Juifs n’étaient pas eux-mêmes aussi gentils à l’égard de Jésus.

·         Le centenier voulait supplier et non ordonner la présence de Jésus.

·         L’homme malade n’était pas en question pour les anciens du peuple, mais c’était le centenier.

·         Le centenier mérite cette faveur disent-ils à Jésus.

·         Il est une bonne personne ; il est un bon chef, il est un bon citoyen dans notre société.

·         Même cette faveur qu’il suscite n’est pas pour son propre gré, mais pour son serviteur qu’il aime tant, et qui est sur le point de mourir.

·         Il aime notre nation.

·         Il a bâti notre synagogue.

6 Jésus, étant allé avec eux, n’était guère éloigné de la maison, quand le centenier envoya des amis pour lui dire: Seigneur, ne prends pas tant de peine; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.

 7 C’est aussi pour cela que je ne me suis pas cru digne d’aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri.

 8 Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un: Va! et il va; et à l’autre: Viens! et il vient; et à mon serviteur: Fais cela! et il le fait.

·         Le centenier s’en souciait que peut être les anciens ne l’ont pas bien représentés devant Jésus.

·         Apprenant que Jésus se dirigea vers sa maison pour guérir son serviteur, il envoya une autre convocation vers Jésus.

·         Cette nouvelle missive était en vue de freiner Jésus de rentrer chez lui.

·         Les gens que j’ai envoyés au préalable n’ont pas bien communiqué mon intention.

·         Je ne suis pas digne de te recevoir chez moi.

·         Je suis un pécheur, je suis membre du régime le plus cruel et féroce du monde.

·         J’ai du sang dans mes mains par suite de mes exploits pour sauvegarder la souveraineté de l’empire.

·         Ce que je m’attendais, c’était seulement un mot.

·         Ta grande renommée fait croire que tu es hautement placé et que tu opères avec une grande autorité.

·         Par  mon expérience militaire, je conclus que tu a certes des anges sous ta commande comme j’en ai des soldats sous ma commande.

·         Quand on réclame ma présence quelque part, c’est surtout à mes soldats que je passe la tâche.

·         Je réponds aussi à des supérieurs qui m’utilisent de la même manière.

·         Je m’attendais seulement à toi à lancer un mot, pour que mon serviteur soit guéri.

L’ÉTONNEMENT DE JÉSUS

9 Lorsque Jésus entendit ces paroles, il admira le centenier, et, se tournant vers la foule qui le suivait, il dit: Je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi.

·         Jésus s’étonnait de voir qu’un étranger pourrait apercevoir ce qu’il essayait à enseigner aux Juifs et même à ses disciples sans aucun succès.

·         C’est comme dire. BINGO

·         Le centenier comprenait l’autorité du Christ de Dieu.

·         Jésus lui-même avait avoué à Pilate qu’il était roi et que son royaume n’était pas dans ce monde.

·         Jésus avait des myriades d’anges à son service lorsqu’il était sur la terre.

·         C’est aussi sur que l’autorité de Jésus n’avait point de limite dans les cieux, sur la terre et sous la terre.

CONCLUSION

·         Est-ce que Jésus s’étonne de ta grande foi ou de ta petite foi en lui?

·         Crois-tu que Christ peut tout faire ?

·         Réclames-tu la présence tangible de Jésus avant de croire, ou crois-tu dans la véracité de sa parole ?

·         Est-ce avec du mépris et du doute, ou avec révérence et foi que tu t’approches de Jésus?

·         Te crois-tu mérité de la faveur Dieu à cause de tes bonnes œuvres, ou te sens-tu néant à ses yeux?

·         Quand ton niveau de foi et de révérence pour Dieu arrive au point satisfaisant, apprête-toi  à de grandes gratuités de la part de Dieu.

   10 De retour à la maison, les gens envoyés par le centenier trouvèrent guéri le serviteur qui avait été malade.

·         Cherche toujours à avoir un bon témoignage envers ceux du dehors.

·         Investis dans les choses de Dieu.

·         Traites biens tes semblables et surtout ceux qui sons sous ton compte.

·         Prends peine des souffrances des autres.

·         Ayez foi et crainte en Dieu en toute circonstance, et Dieu te sera favorable dans toutes tes entreprises.

AMEN !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s